samedi 18 avril 2009

Heart and soul. One will burn.

J’ai toujours pensé qu’à chaque instant de la vie correspondait une bande son taillée sur-mesure. Comme chaque pot aurait son couvercle, chaque épisode de notre existence - cruel ou heureux, douloureux ou euphorique - appellerait cette chanson qui, plus tard, évoquerait tant de souvenirs.

Pourtant, hier matin, quand le téléphone a sonné trop tôt pour m’annoncer qu’un être si cher s’était éteint, j’ai eu beau chercher, j’ai eu beaucoup de peine à trouver le cd qui m’accompagnerait dans la voiture, sur la longue route qui m’attendait. Trop lourd, trop chargé, trop décalé, trop prévisible, trop cliché, rien ne convenait. J'ai longtemps erré, sans repère, devant mes piles de cd, incapable de me décider.

Alors, finalement, mes oreilles ont opté – à mon grand étonnement – pour l’album Closer de Joy Division. Peut-être parce que j’avais besoin de distance, d’isolement, d’une sorte de vide sombre et froid. Un truc qui m’épongerait la tête le temps de saluer une dernière fois celui qui m’a offert tant de choses – dont ses « oeils » ne sont pas les moindres, la photo ne ment pas. Je dois dire que j'ai finalement trouvé le sens que je cherchais dans les paroles: Heart and soul. One will burn.

Merci pour tout, vieux bandit.



1 commentaire:

PollyMagoo a dit…

Bonne route à son âme alors...