samedi 5 janvier 2008

Cher Chuck,

Tout d'abord, permets-moi de te souhaiter une excellente année 2008.

Je profite de ces bons voeux pour te faire part de ma surprise à te voir t'afficher aux côtés de Mike Huckabee, celui qui aimerait ramener l'Amérique (et le monde ?) à des valeurs plus traditionnelles, après le dangereux virage anarcho-soixante-huitard entrepris sous l'ère Bush Jr.
Chuck, mon ami, tu es un merveilleux acteur. S'il te plait, concentre-toi sur ta carrière. Pourquoi te compromettre auprès des politiciens ? Si le poids des années allourdit tes jambes au moment de distribuer une savate face à la caméra, je préfèrerais que, comme ton ennemi de toujours Steven Seagal, tu t'empares d'une guitare et pousse la chansonnette. In The Eye of A Ranger, ce n'était pas si mauvais pour un début. A son époque, Henry Salvador avait également ramé avec Zorro est arrivé. Regarde où il en est aujourd'hui à 90 ans...

La politique, c'est pour les mauviettes. Toi, tu es au-dessus de tout ça. Tu as écrit certaines des plus belles pages du cinéma. Laisse-moi te rafraîchir la mémoire.

1980 : La Fureur du Juste (The Octagon)
Mon préféré de tous tes films. A l'époque, tu ne portais pas encore la barbe, mais les coups de pieds s'abattaient déjà sur la racaille de ce monde, en l'occurrence de dangereux terroristes ninjas. Ils avaient kidnappé ton amie. Et toi, tu avais été initié à l'art du ninji-tsu pendant ta tendre enfance. Ton ancien compagnon d'entraînement serait-il devenu ton pire ennemi ? Et une scène finale qui restera à jamais gravée dans nos mémoires d'amateurs de cinéma d'auteur : dans une arène typiquement japonaise, tes ennemis t'encerclent et tu les élimines l'un après l'autre. Parfois même deux d'un seul coup de semelle. Lychee sur le gâteau, le "boss" des méchants débarque et tu lui colles la dérouillée de sa vie. Un vrai film engagé comme je les aime.

1982 : L'Exécuteur de Hong-Kong (Forced Vengeance)
Celui-ci n'a peut-être pas suscité l'émoi de la critique. C'est pourtant un de tes chefs-d'oeuvres. En 1982, tu commençais à te laisser pousser une moustache un peu plus assumée. Débarqué à Hong-Kong, tu te retrouves mêlé à la guerre des mafias locales qui coûte la vie à ton meilleur ami, lui aussi vétéran du Vietnam. Il ne t'en faut pas plus pour ressortir ton uniforme, constater que tu as toujours la ligne et ramener l'ordre en Extrême Orient. Les puristes retiendront une scène mémorable où tu castagnes un méchant d'un bon double mètre à l'aide d'une cuvette de WC. La meilleure scène de chiotte de l'histoire du 7e art.

1996 : L'Esprit de la Forêt (Forest Warrior)
Curiosité de l'histoire, ton film le plus politique ne sort même pas en salle. Condamné à une diffusion le dimanche après-midi sur des chaînes thématiques, L'Esprit de la Forêt te confronte à de dangereux promoteurs immobiliers qui voudraient raser une forêt pour y couler quelques tonnes de béton. Les enfants l'ont bien compris et tu leur prêtes main forte en incarnant ce personnage mythique, vêtu d'une peau de bête, capable de se transformer en loup, en ours ou en aigle selon les circonstances. Cette réflexion philosophique sur les abus de notre société de consommation n'a malheureusement pas trouvé son public. Ne t'inquiète pas : il paraît que Mozart ne vendait pas de disques de son vivant.

Tu le vois, Chuck, ton talent est trop intense pour être dillué aux côtés d'un politicard de l'Arkansas. Les exemples d'artistes qui ont perdu de leur éclat en s'essayant à la gestion de la chose publique se multiplient : prends-en de la graine. Chez nous, Marc Wilmots, fort d'une jolie bicyclette contre le Japon et d'un but injustement annulé contre le Brésil en 2002, avait cru bon de s'engager. Une fois installé sur les bancs du Sénat, il dut pourtant se rendre à l'évidence : tel l'albatros, ses ailes de géant l'empêchaient de marcher. Et Willy, malgré un score électoral stalinien, démissionna de son siège de sénateur (une première) lorsqu'il réalisa qu'en plus, la seule matière qu'il maîtrisait - le sport -relevait de la compétence des communautés alors qu'il s'était fait élire au fédéral. Les temps sont durs pour les poètes...

Alors Chuck, prends ceci comme un conseil d'ami : laisse tomber la politique. L'art te réclame. Travaille ton jeu de jambes et abreuve-nous des répliques cultes dont tu as le secret :




Et puis, en soutenant Huckabee, j'ai bien peur que pour la première fois de ta carrière, tu optes pour le camp du perdant.

Amitiés cinéphiles,

nkotb

PS : à quand un remix de The Eye of A Ranger ?

Les liens :

Le site officiel de Chuck Norris : www.chucknorris.com/
Le site Chuck Norris Facts (en français) : http://chucknorrisfacts.fr/index.php?p=parcourir&tri=top

On y apprend que :

- Chuck Norris a déjà compté jusqu'à l'infini. Deux fois.

- Chuck Norris et superman on fait un bras de fer, le perdant devait mettre son slip par dessus son pantalon.
- Dieu voulait créer l'univers en 10 jours. Chuck Norris lui en a donné 6.


Et bien d'autres encore...

3 commentaires:

aKa a dit…

classe !

slim911 a dit…

C'est important d'aider ses amis quand ils sont en train de faire une connerie

Marco a dit…

Bravo ! C'est un des articles les plus émouvants que j'ai lu. J'espère que Chuck le lira avant qu'il ne soit trop tard...