vendredi 23 janvier 2009

Woven Hand & Ultima Vez - Puur

C’est une vidéo sur YouTube qui a attiré mon attention d’entrée de jeu, un soir où j'errais sur le net. Mais d’où diable sortait cette version acoustique de Horse Head de Sixteen Horsepower, une de mes chansons préférées de leur répertoire ? A ma connaissance, jusqu’à présent, ce titre qui n’est pas un des plus connus de leur discographie n’existait que dans une version folk-punk stridente sur le premier album Sackcloth’n’Ashes et également dans une version beaucoup plus calme mais tout aussi tendue sur l’album live Hoarse.

Or, voici que tombait du ciel un clip de cette même chanson, totalement épurée et revisitée à la guitare acoustique par un David Eugene Edwards se présentant sous la casquette Woven Hand. Mais c’est quoi, ce truc ? J’ai loupé un épisode ou quoi ?

Je cherche, je googlise à m’en user le bout des doigts et je tombe sur une explication (en allemand !) sur le site de Glitterhouse : fin 2006, le label teuton a sorti l’album Puur, attribué à Woven Hand & Ultima Vez. (mais ça, je ne l’ai qu’après avoir commandé le cd, parce que je ne comprends rien de rien à la langue de Goethe).

Verdict : j’ai bien loupé un épisode. Incorrigible étourdi. A ma décharge, je n’ai jamais suivi la carrière de Woven Hand d’aussi près que celle de 16hp. La séance d’auto-flagellation peut débuter.

Depuis 2002 déjà, David Eugene Edwards collaborait avec la troupe de danse Ultima Vez, menée par le chorégraphe flamand Wim Vandekeybus, pour laquelle il a composé plusieurs bandes son. L’album Blush Music, assez inégal (la version de Ain’t No Sunshine tirée sur 14 minutes a de quoi décourager le premier aventurier !), est d’ailleurs né de ce projet commun.

En 2005, il a remis le couvert pour le spectacle Puur, une création effrayante (à en juger les textes torturés et les photos sanguinolentes qui ornent le livret) qui a même été présentée au Festival d’Avignon et qui a accouché de cet album sorti sur Glitterhouse en septembre 2006, et qui m’était totalement passé sous le nez.

A peu de choses près, l’album Puur repose sur un concept similaire à celui de Blush Music : les morceaux chantés y côtoient des plages plus atmosphériques dans une tradition ambient folk qui n’est pas sans rappeler The Proposition, la splendide BO que Nick Cave et Warren Ellis ont signée pour le film du même titre. Le principal attrait de ce disque réside toutefois dans les versions alternatives de trois titres de Sixteen Horsepower et un de Woven Hand que David Eugene Edwards y propose.

Je retiendrai particulièrement Horse Head, scintillante dans son nouvel écrin acoustique qui remet au goût du jour l’ambiguïté de certaines des compositions de Sixteen Horsepower, écartelées entre une instrumentation mélancolique et des textes écrits le couteau entre les dents. J’hésitais encore mais maintenant c’est certain : Horse Head est définitivement ma chanson préférée du répertoire de David Eugene Edwards.

Autre moment fort de ce disque, la relecture du classique Low Estate accentue la structure en trois temps des arrangements à l’accordéon et lui confère une ambiance de kermesse flamande. Pour peu, on y devinerait le parfum des moules-frites, le goût amer de la Duvel et les chants paillards entonnés en chœur avec un Arno au bord du coma dans un combi de flics.

Le reste du disque fait la part belle à des compositions plus sombres et abstraites, agrémentées de ci de là de quelques spoken words qui donnent à l’ensemble une consistance salement brumeuse.

Seul bémol - et il est de taille - le CD propose également en bonus le trailer du spectacle ainsi que les vidéos de Horse Head et Low Estate. Si la première (présentée ici même ce 19 janvier) n’est ni dérangeante ni fulgurante, la seconde par contre frise le ridicule, avec cette espèce de vieille moumoute frisée qui gît aux pieds de l’artiste. Personne n’a le monopole du bon goût.

Hormis ce détail, I clap my dirty hands (notez le clin d’œil à peine voilé).

Les liens :

Woven Hand sur MySpace : www.myspace.com/wovenhand
Le label Glitterhouse: http://www.glitterhouse.com/
Le site d’Ultima Vez: http://www.ultimavez.com/

1 commentaire:

PollyRosePolly a dit…

Ah oui mais moi j'aimais bien les violons sur Horse Head (le syndrome du membre coupé: une chanson est orchestrée différemment et pourtant t'entends toujours les instruments qui manquent). C'est bien tu m'as donné envie de rererereregarder le dvd.
En ce qui concerne ma nouvelle maison, je te préviens c'est très différent (aussi), beaucoup plus personnel, un blog qui existait déjà depuis août mais où j'ai décidé de tout rapatrier (toujours livres, musique, politique etc. mais centrés sur ma vie perso). J'espère que le ton moins rigoriste ne te décevra pas. C'est juste que j'ai décidé de parler en plus "moi". A force, c'est saoûlant de se cacher. Mais je ne raconte pas non plus l'intégralité de mes menus...enfin, tu verras. Et n'hesites pas à commenter (je sais, je sais, je le fais rarement chez toi).
Donc c'est là : myveryoldheart.blogspot.com